Dernière mise à jour:
General update: 30-11-2018 11:41

News 09 Une vie de chien

Une Vie de chien, ou Chienne de vie, signifie généralement une existence misérable, difficile.

A l'heure actuelle et c'est révoltant, beaucoup de chiens sont hélas encore maltraités.
Mais il y a heureusement beaucoup de chiens qui ont une belle vie... prenez les nôtres par exemple.

Personnellement je suis plus "chat" que "chien". Je reconnais cependant aux chiens de vraies qualités de fidélité, de dévotion et d'amour, de sacrifice même.
Leurs moeurs me sont parfois étrangères, leur manie de bouffer des crottes par exemple, ou de se rouler dans des trucs immondes.
Je râle aussi au retour d'une promenade par temps de pluie, leurs pattes boueuses saccageant le carrelage et je les traite de "djihadistes du ménage".
Notez que les chats c'est pareil mais eux c'est sur le plan de travail et les meubles.
Mais qui ne craquerait pas devant une papatte tendue en signe d'amitié, un bon regard doux et franc !

Or donc voilà comment la gent canine est entrée dans nos vies et dans le chalet.

C'est en 2008 que nous avons adopté Omer, notre premier chien. Personne ne voulait de ce vieux clébard sans âge, presque aveugle, sans dents à force de ronger les barreaux de son boxe au refuge.
Je garderais toujours le souvenir de son arrivée tard dans la nuit, car il avait fallu aller le chercher à l'autre bout de la France.
Omer, croisé Labrador, était couleur vert-de-gris et complètement désorienté.

Omer

Sa cécité s'est rapidement aggravée et Omer n'y voyais plus rien. Il suscitait parfois la pitié des gens, mais il n'était pas malheureux, au contraire.
Son flair compensait largement ce que ses yeux ne pouvaient plus discerner.
Un matin, il a allègrement ouvert, déchiqueté et pillé sans vergogne tous les sacs de terreau, compost, engrais et autres sur la terrasse.

Omer

Omer a vécu trois ans au chalet. Ces années de vraie vie de famille, où il a pu courir dans la neige et se vautrer dans l'herbe des pâturages ont été un grand bonheur pour lui et ont largement compensé les tristes et longues journées au refuge.

2010 a vu l'arrivée de Shayna. Je rêvais d'une grande et douce bête et le Léonberg répondait totalement à mes attentes.
C'est un chien très calme, tranquille, doux, sans aucune agressivité.

Shayna
Plutôt qu'un chiot, qui demande beaucoup de soins, d'attention et surtout un grand investissement au niveau éducation, nous avons choisi d'adopter un Léo adulte. Sa précédente famille n'avait plus le temps de s'occuper d'elle et c'est ainsi que nous avons "hérité" de Shayna.
Shayna est et restera à mon cher et tendre et moi notre grand, immense amour.
J'aimais cette chienne de tout mon coeur, sa force tranquille, sa tendre présence, son amour pour tous les petiots, chatons, lapinous, enfants... sauf les poules peut-être !
Shayna était fine, intelligente, débordante de vie et tellement reconnaissante.

Shayna
Lorsque Shayna nous a quitté, victime de cette saloperie de cancer des os, qui touche hélas beaucoup de grandes races, notre univers a été pendant des semaines plongé dans un vide de tristesse affreuse...

En 2012, nous avions adopté à l'Oasis des Vétérans deux crouilles de chiennes qui nous ont bien aidé à surmonter la disparition de Shayna.
Candule et Bellig, respectivement âgées de dix et douze ans.

Candule, c'est la Noire.
Race improbable, caractère improbable aussi ! Candule c'est la chienne hirsute, pleine de bouloches, la chienne que l'on peut doucher, laver et qui sentira pas bon peu de temps après. Candule c'est la chienne qui a un estomac en falaise et qui peut bouffer tout et n'importe quoi, jusqu'à une boîte d'antibiotiques, sans sourciller.
C'est la chienne qui fugue pendant les promenades et qui va pendant une heure ou deux faire toutes les poubelles des Paccots, et qui gueule pour un oui pour un non.
Candule c'est la chienne qui a un bon regard sous sa frange ébouriffée, qui se roule de bonheur et d'aise dans sa corbeille et qui frotte sa tête contre vos jambes en signe d'amour et d'affection.

Candule

Candule a toujours vécu avec Bellig et il n'était pas question de les séparer.
Bellig c'est la Blanche.
C'est le petit tonneau sur des pattes toutes fines, qui pourrait servir de table basse et qui trottine comme une danseuse.
Bellig c'est le regard d'épagneul qui vous culpabilise à mort et une frénésie avide à réclamer caresses et câlins.
C'est la trouillonne de service qui a peur de l'aspirateur, de la serpillère, de l'orage et de son ombre... Mais allez savoir ce qu'elle a vécu auparavant.
Bellig, quand elle vomit, a alors un tout petit museau pointu avec des petites dents qui saillent qu'elle nous fait irrésistiblement penser à Scratch, l'écureuil de l'Age de Glace.
Bellig, c'est le poil des oreilles qui frisotte lorsque le temps va changer.
C'est une chienne tendre, gentille et affable quand elle passé sur sa timidité première envers les gens.

Bellig

Ces deux pépètes nous apportent beaucoup de bonheur mais vivre sans la grande présence d'un Léo nous était insupportable.

C'est ainsi qu'en 2014 nous est arrivée Fiona. Ah elle est balèze, du haut de ses 64 kilos !
Fiona a vu son univers éclater à cause d'un divorce et son précédent propriétaire, conscient qu'il ne pouvait plus s'en occuper correctement, nous l'a confiée, la mort dans l'âme et les larmes aux yeux. C'est un bel acte d'amour, qui demande beaucoup de courage.
Fiona n'est pas très élégante; elle traîne les pattes comme si elle avait de grosses Charentaises et a tendance à roter à la figure des gens.
Elle ronfle aussi.
Elle a une grande prédisposition à bouder et nous le fait savoir en montant lourdement les escaliers pour aller ruminer son humeur dans la chambre à coucher.
Elle est joueuse, cabotine et très impressionnante lorsqu'elle vous chope l'avant-bras dans sa gueule, sans serrer que l'on se rassure !
Comme Shayna, elle est franche, loyale et totalement dévouée à sa famille.
Elle garde le chalet en poussant de gros aboiements rauques et très dissuasifs.

Fiona

Oui je peux maintenant le reconnaître: même si je prétends parfois le contraire, la vie serait bien fade et vide sans cette population canine !
Leur chaude présence, leur amour sans faille, la sécurité qu'elles nous apportent aussi, tout cela vaut bien au final les aboiements intempestifs et les pattes crottées sur le carrelage.



En savoir plus et soutenir l'Oasis des Vétérans, cliquez sur le lien en-dessous:
Oasis des Vétérans

Les Paccots
Mai 2015
Article précédent:
Pourquoi je n'ai pas mangé mes chatons